11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 14:01

Sources : patrimoinevd.ch

Description

 

http://www.patrimoine.vd.ch/typo3temp/pics/4f76228f8c.jpg

A la fin du XIXe s., A. Cérésole, craignant une disparition de la tradition orale due au développement des voies de communication, de l’industrialisation et du progrès, entreprend un travail de recensement des contes et légendes vaudois. Ceux-ci privilégient divers thèmes : âge d’or de la montagne (où la terre était abondante, les plantes non vénéneuses et les avalanches mortelles inexistantes), récits de chasses étonnantes, légendes narquoises sur les autorités villageoises et les noms de lieux.
En montagne, le rapport quotidien des Hommes à un environnement rude est à la base de personnifications ambivalentes des forces de la nature. Le lutin, petit personnage capricieux, est le génie de la maison, protecteur des enfants, des troupeaux, des biens. Les fées, êtres surnaturels au regard enchanteur, à la fois terrestres et célestes, sont les gardiennes douces et jalouses de la montagne.
Partout, les malheurs de la vie sont la faute d’esprits néfastes (diable ou sorciers). Le revenant est un autre personnage important.
Les contes accompagnent la vie rurale, et étaient contés lors de moments privilégiés : en cassant les noix, lors de veillées.

Aujourd’hui, les conteurs professionnels et bénévoles, comme ceux de l’OQP, perpétuent les conteries du corpus des textes traditionnels, bien que le choix des histoires ait augmenté par l’accès à des contes étrangers.

 

Remarques

Les conteurs, bénévoles ou professionnels, participent à la transmission et à l’adaptation de contes issus de la tradition orale.
Ils lient l’ancien et le moderne et participent au développement de l’imaginaire de tout un chacun au travers du nécessaire travail d’appropriation des histoires.
Par leur travail de recherche de contes, les conteurs participent à la fabrication d’un corpus d’histoires orales du monde entier.

Sources : patrimoinevd.ch

:-) - dans Patrimoine

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME

 

~-~-~-~-~-~-~-~

 

"Les Herbettes"  

Lè z'Herbè, lè Medez-Herbè (les mange-herbe). Les ménagères de Sullens n'avaient pas beaucoup d'affinité pour la viande et préféraient des plats plus végétaux. Elles apprêtaient de ce fait surtout les herbes, c'est-à-dire des épinards, pissenlits et autres.
 

Rechercher

SOS

Ambulance : 144

Pompiers : 118

Police : 117

Intoxication : 145

 

 

 

0848 133 133

Centrale des médecins

Pharmacies de garde

 

 

Météo

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME